mardi 19 février 2013

AMAZON

Amazon fait l’objet d’une polémique outre-Rhin, après la diffusion sur la ARD d’un documentaire dans lequel le géant américain est accusé faire surveiller ses employés saisonniers par des vigiles d’extrême-droite.
Le documentaire a fait l’effet d’une bombe en Allemagne. Diffusé le 13 février sur ARD, la première chaîne de télévision allemande, il dénonce le recours d’Amazon à un sous-traitant employant des néonazis pour surveiller les intérimaires étrangers, rapporte un article daté du 18 février du journal anglais The Independent, repris le site du magazine spécialisé The Bookseller.com.

Le sous-traitant, appelé HESS Security, contrôle les employés saisonniers – parmi lesquels de nombreux immigrés notamment espagnols - des centres de distribution allemands, sur leur lieu d’hébergement selon l’ARD. Le film montre des intérimaires hébergés dans un village de vacances de la région de Hesse, encadrés par des vigiles en uniformes noirs portant des vêtements de la marque Thor Steinar, particulièrement prisée dans les milieux d'extrême droite, et bannie des institutions allemandes.

Le documentaire dénonce également les conditions de travail des employés. Amazon aurait promis à ces centaines de travailleurs un salaire 10% plus élevé que celui qu’ils touchent effectivement. 

Amazon a réfuté les chiffres avancés dans le reportage. "Amazon ne tolère en aucune manière la discrimination ou l'intimidation et nous rejetons tout comportement de ce type", a affirmé la filiale allemande du groupe américain dans un communiqué publié le 15 février. "Nous contrôlons régulièrement nos prestataires de services extérieurs chargés de l'hébergement des saisonniers venus d'autres régions", a indiqué Ulrike Stöcker, porte-parole du distributeur en Allemagne.

Le gouvernement allemand a lancé une enquête. « Il y a un fort soupçon, il va donc falloir examiner les faits attentivement », a déclaré le ministre du Travail Ursula von der Leyen au journal Die Welt am Sonntag, ajoutant : « Si l'enquête montre que ces accusations sont vraies, l'agence de placement (qui a embauché les travailleurs) pourrait perdre sa licence ».

__________
Le reportage de 30 minutes diffusé sur ARD (en

Aucun commentaire:

Publier un commentaire