jeudi 7 juin 2012

MISS PEREGRINE ET LES ENFANTS PARTICULIERS


MISS PEREGRINE ET LES ENFANTS PARTICULIERS
Ransom Riggs
Bayard
Ouvrir un livre, c’est entreprendre un voyage vers des rivages inconnus, celui-ci en fait parti.
C’est un roman complètement atypique. On est intrigué par ce livre en le feuilletant, des photographies années vintage font partie de sa lecture. De plus toutes ces photos sont authentiques, elles appartiennent à des collectionneurs.
Au début du récit, on fait la connaissance de Jacob et de son grand-père qui lui raconte d’étranges et passionnantes histoires concernant son enfance sur une île et d’enfants qui auraient des talents particuliers, dans une maison elle aussi très particulière où la directrice avec un certain particularisme cachaient ces enfants ayant des particularités. J’insiste sur les mots : particulier, particularité, particularisme, particularisation car ils sont les mots clés de ce roman.
Jacob a toujours sut que ce n’était pas des contes contrairement aux autres membres de sa famille. Bouleversé par le décès de son grand-père survenu dans d’étranges circonstances qui dans son dernier souffle, lui remet une mission « trouver l’oiseau ». Devant ranger la maison de ce dernier, il trouvera de mystérieuses lettres et photos, ces faits ne font qu’amplifiés son mal-être. Ces parents inquiets, l’emmène consulter un spécialiste, le docteur Golan, suivant les conseils du praticien Jacob et son père feront le voyage sur les traces de  ce grand-père qui les conduiront sur cette toute petite l’île près du pays de Galles.
En arpentant l’île, Jacob découvre l’orphelinat en ruines, en fouillant il trouve d’autres photos. La cave est non sans danger car après une chute il se retrouve dans une autre dimension temps. Jacob sans le savoir à rendez-vous avec ces enfants particuliers et miss Pérégrine un certain jour de bombardements – le 3 septembre 1940 – Par là même, il découvre qui sont réellement ces enfants et les dangers qu’ils en courent.
Ce roman a un univers magique et fantastique, des moments angoissants dont certaines  photos toujours en noir et blanc donnent une puissance et amplifient cette atmosphère et se complexifie au fur et à mesure de la lecture pour devenir un huit-clos. Ces personnages-enfants ont leur propre personnalité et leur caractère. Une atmosphère qui hante les lieux et cette journée figée dans le temps. L’auteur dénoue cette intrigue avec beaucoup de doigté qui ne prend son sens qu’au point final.
Un roman qui va faire parler de lui. 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire